Plusieurs solutions d’investissement dans le domaine cinématographique

La ‘loi TEPA’ propose des éléments permettant aux particuliers d’investir dans la réalisation d’œuvres cinématographiques et télévisuelles à partir d’une collaboration avec des entreprises professionnelles dans le domaine. Par rapport aux Sofica, ces opérateurs proposent des avantages fiscaux moins intéressants, mais ils peuvent favoriser une bonne rentabilité. Concernant le Crowfunding, son attrait est qu’il permet d’investir une faible somme dans l’audiovisuel.

Pour rappel, la ‘loi TEPA’ ou ‘Travail Emploi et Pouvoir d’Achat’ s’adresse uniquement aux particuliers qui bénéficient de l’ISF. Elle permet à ces individus de bénéficier d’une réduction des taxes qui leur sont imposées, réduction pouvant aller jusqu’à 50 %. Mais pour que cet atout soit effectif, ils doivent obligatoirement offrir des financements dans des TPE ou des PME issus des pays de l’Union Européenne, avec moins de 250 employés et 50 millions de chiffre d’affaires maximum.

Les investisseurs peuvent avoir recours à des entreprises de ‘holding’, mais verront l’allégement diminuer. Alors, sur les 10% de fonds qui ne sont pas investis sur une TPE ou PME, la remise ISF sera à 45%.

Cette loi est aussi une opportunité pour les contribuables de réduire leur impôt sur le revenu à partir d’une souscription à des FIP ou FCPI, pour un contrat obligatoire de 5 ans.

Le recours direct aux sociétés de production

D’après les dires du dirigent d’Axone Invest, Franck Ladrière, cette ‘loi TEPA’ est importante pour les particuliers puisqu’elle leur offre la possibilité de mettre leur investissement dans les mains des entreprises de production. Ces entreprises pourront ainsi assurer la réalisation et la promotion de l’œuvre ainsi réalisée. En travaillant avec ce type d’entreprise, le contribuable n’aura pas d’avantages fiscaux plus importants par rapport aux Sofica, mais il sera certain de faire des bénéfices sur son œuvre grâce à l’expérience de ses partenaires.

L’importance du contenu du contrat

Qu’il s’agisse d’un partenariat avec des professionnels ou pas, le contribuable doit tenir compte de chaque clause inscrite dans le contrat. Selon Romain Cahané, le sérieux des deux parties est primordial. Après quoi, le contrat pourra être conclu pour la réalisation effective de l’œuvre.

 Qu’en est-il du crowfunding ?

Le ‘crowfunding’ est un procédé dont le principal atout est sa mise très basse par rapport au TEPA et aux Sofica. Tous les acteurs doivent cependant se mettre d’accord sur le contrat et dans le processus de sélection de l’œuvre.